aérographe

La technique depeinture à l'aérographe permet la fusion de deux ou plusieurs couleurs, tout en conservant une transparence : une couleur se transforme graduellement en une autre. L'aérographe fonctionne en faisant passer un courant d'air comprimé rapide à travers un tube venturi, ce qui crée une réduction locale de la pression d'air. Cela permet à la peinture d'être tirée à partir d'un réservoir relié à la pression atmosphérique normale. La vitesse élevée du courant d'air atomise la peinture en gouttelettes très fines. La peinture peut être appliquée sur différents supports, comme du tissu, du métal ou du papier. L'artiste contrôle la quantité de peinture vaporisée en utilisant un levier de déclenchement muni d'une aiguille très fine qui active l'ouverture au degré désiré. Cette ouverture contrôle le dosage de peinture à envoyer sur le support. Un degré d'atomisation très fin permet à l'artiste de créer un effet de mélange très lisse.

Des images d’aérographe main-libre, sans l'aide de pochoirs ou de friskets, produisent une esthétique flottante, avec des bordures doucement définies entre les couleurs, ainsi qu'entre le premier plan et l’arrière-plan. L'artiste aérographe bien qualifié peut produire des tableaux photoréalistes en main-libre, ou encore simuler un médium à peindre.

La peinture à l'aérographe, en particulier la peinture main-libre, implique des outils complémentaires, tels que des masques et des friskets. Elle implique également une planification très prudente.

Certains aérographes utilisent des pressions aussi faibles que 20 PSI (1,38 bar), tandis que d'autres utilisent des pressions dans la région des 30-35 PSI (2 à 2,4 bars). Les plus puissants pistolets à peinture tels que ceux utilisés pour la peinture automobile nécessitent une force d'au moins 100 PSI (6,8 bars), car la peinture qu'ils vaporisent est plus épaisse et moins diluée. Ils fournissent un revêtement plus lourd et plus rapide, sur une large zone. Même avec l'aide de petits aérographes utilisant de la peinture acrylique, l'artiste doit faire attention à ne pas respirer la peinture vaporisée qui flotte dans l'air pendant et quelques minutes après l'utilisation. Elle peut s'inscruster profondément dans les poumons. Avec des pistolets commerciaux pour automobiles, il est essentiel que le peintre ait une source d'air pur à proximité : la peinture automobile est beaucoup plus nocive pour les poumons que l'acrylique.

La technique à action double de l'aérographie consiste à appuyer sur la détente sur le dessus de l'aérographe avec l'index pour libérer seulement de l’air pour reculer peu à peu le seuil de déclenchement de la peinture. Cette procédure permet un contrôle précis du volume de peinture, de la largeur des ligne et des caractères.

La technique d'aérographie à action unique ou simple tire son nom du fait qu'une seule action de la main est nécessaire pour le fonctionnement du pistolet. La dite action de relâcher son doigt sur la gachette relâche une composition fixe de peinture et d'air. L'obtention de différentes largeurs de lignes nécessite soit un changement de pointe et de buse, ou bien l’ajustement manuel du volume de pulvérisation. La technique à action simple demande que la main de l'artiste soit toujours en mouvement, tant avant que la gâchette soit enfoncée, qu'après son relâchement.