aérographe

Les aérographes sont généralement classés selon 3 caractéristiques. La première caractéristique est l'action effectuée par l'artiste pour déclencher l'écoulement de la peinture. La seconde est le mécanisme pour alimenter la peinture dans l'aérographe et la troisième est le point à partir duquel la peinture et l'air se mélangent.

Les aérographes les plus simples fonctionnent avec un mécanisme à action unique où le relâchement de la gâchette actionne un flux d'air à travers l'aérographe. Le flux de couleur et le jet des aérographes sont ajustés séparément de l'action de déclenchement. Le volume de couleur et le motif de pulvérisation sont maintenus à un niveau fixe jusqu'à ce que l'utilisateur de l’aérographe ajuste les réglages. Les aérographes à action unique sont plus simples à utiliser et généralement moins chers, mais ils présentent des limitations au-delà de la simple application d'une couche uniforme de couleur.

Les aérographes à action double permettent, à partir de la gachette, le réglage simultané de l'air et de la couleur. L'utilisateur actionne l'air en appuyant sur la gâchette et règle simultanément la sortie de couleur en faisant glisser la gachette vers l’avant et vers l’arrière. La possibilité de régler le débit de couleur lors de la pulvérisation de l'aérographe, ainsi que le réglage de la distance entre le fusil et la surface pulvérisée permet une variation de la largeur des lignes sans réajustements.

Cela permet un meilleur contrôle de pulvérisation et permet une plus grande variété d'effets artistiques.

Ce type d'aérographe demande une certaine pratique des techniques de déclenchement. En contrepartie, il offre une plus grande polyvalence artistique aux artistes expérimentés. Les aérographes à action double sont plus sophistiqués que les aérographes à action unique, ce qui les rend souvent plus dispendieux.

Les pistolets à aérosols offrent des types d'alimentation d'air différents, qui possèdent tous leurs avantages. Un système d'alimentation par la gravité à partir d'un réservoir placé sur l'aérographe ou détourné d'un réservoir monté au-dessous ou sur le côté permet de réduire la pression d'air nécessaire, car la gravité tire la peinture dans la chambre de mélange. La plupart des instruments d'aérographie de qualité utilisent cette méthode.

Avec un aérographe à mélange interne, la peinture et l’air se mélangent à l'intérieur de l'aérographe (à la pointe), créant un fin « brouillard » atomisé de peinture. Les instruments à mélange externe proposent plutôt une diffusion séparée de la peinture et de l'air, ce qui crée une atomisation plus large et grossière. Les aérographes à mélange externe sont moins chers et servent généralement à couvrir de larges surfaces, avec des peintures ou des vernis épais.