aérographe

Depuis les débuts de l'aérographie, les artistes et les illustrateurs commerciaux réalisent que les pistolets d'aérographie leur permettent de créer des images très fournies et au réalisme percutant. Les artistes utilisent souvent l'aérographe en combinaison avec des pochoirs découpés ou des éléments détourés à main levée pour bloquer de manière contrôlée l'écoulement de la peinture sur le support. La publicité utilise maintenant des images à l'aérographe, tout comme les industries de l'édition, autant pour les couvertures de livres qu'en bande dessinée.

Avant l'avènement du numérique, l’aérographe a longtemps été utilisé pour modifier des photos. Entre des mains expertes, le pistolet rend le trafic de l'image pratiquement imperceptible. Par exemple, en ex-URSS, durant la déstalinisation, de nombreuses photographies de fonctionnaires ont été modifiées à l'aérographe, masquant souvent des personnes en entier.

Avant l'avènement du numérique, l’aérographe a longtemps été utilisé pour modifier des photos.

Le terme aérographie en anglais se traduit par « airbrush » et on parle souvent d’une « airbrushed photo » pour décrire des photos glamour dans lesquelles les imperfections d'un modèle ont été retirées, ou dans lesquelles leurs attributs ont été améliorés. Le terme a souvent été appliqué de manière péjorative pour décrire les images de perfection féminine irréalistes, particulièrement en référence aux photos de magazines érotiques tels que Playboy.

L'avènement de la technologie d'imagerie numérique a rendu les modifications à l'aérographe pratiquement obsolètes. On préfère maintenant aux pistolets des programmes éditeurs d'image, comme Photoshop, qui sont capables d'un travail de retouche encore plus subtil. Dans l’industrie de la retouche, la technique de l'aérographe est désormais considérée comme une pratique de bas de gamme, de qualité nettement inférieure aux modifications numériques qui servent aujourd'hui dans les hautes sphères de l'industrie de la mode.